Hors-la-loi (2/2)

Hors-la-loi (2/2)

Cet article fait suite à la première partie sur mon infraction et ma perte de quatre points sur le permis de conduire. Si vous ne l’avez pas lu, je vous invite à le découvrir avant de continuer la lecture.

Antoine Delia arrêté par la police
Dans l’épisode précédent : je me fais arrêter par la police

Comme vous le savez donc, j’ai malencontreusement grillé un feu rouge m’ayant fait perdre la moitié des points sur mon pauvre permis de conduire. Et en plus de cela, je devais maintenant réaliser un stage de sensibilisation à la conduite pour me faire pardonner.

Au premier abord, cela n’avait pas l’air si terrible que ça. Se faire sermonner un petit moment allait d’une part me rendre mes quatre points manquants, mais également me rembourser mon amende, que demander de plus ? Vous vous doutez bien que ce n’était pas aussi facile que cela.

D’abord, il faut réserver un stage et le prix est évidemment supérieur à celui de l’amende que vous ont donné ces gentils policiers. Donc même en étant remboursé, vous êtes perdant dans l’affaire, et il vaut mieux payer une amende qu’un stage. Deuxième point à ajouter à la liste des pénibilités est que ce stage ne dure pas un, mais deux jours. Comme si une journée ne suffisait pas, vous allez devoir perdre deux jours de votre existence pour qu’on daigne vous pardonner de vos actes. Troisième problème, les horaires. Chaque journée de stage durera 7 heures et débutera à 8h30. Pas de grasse matinée pour les bandits !

Enfin, et c’est sans doute le point que j’ai trouvé le plus pénible, c’est que ces deux journées de stage devront être réalisées à la suite ! Et comme le dimanche tout est fermé, vous serez obligé de faire au minimum une journée en pleine semaine et ainsi de devoir vous absenter de votre travail. En plus de perdre deux jours et de devoir payer le stage, vous perdrez également une journée de travail ce qui vous fera un salaire plus minime à la fin du mois. Il peut également être assez compliqué de demander à son employeur un jour de congé parce qu’on n’a pas respecté la loi au volant.

Faisons un peu le bilan. Voici les choses que nous savons :

  • Je vais perdre 2 jours de ma vie (et Dieu sait qu’ils sont importants)
  • Au minimum un de ces jours sera sur mon temps de travail et me fera donc perdre de l’argent
  • Argent qui aurait été utile pour payer le stage d’une valeur supérieure à mon amende initiale
  • Je suis maintenant fiché comme grilleur de feu rouge par mon patron, ma famille et mes amis
Tout le monde se moque d'Antoine Delia pour avoir grillé un feu rouge
Et tout le monde se moque de moi…

Au vu de tout ça, je n’ai même pas besoin de faire un stage pour ne plus me donner envie d’enfreindre la loi. Toutes ces complications m’ont vacciné, je vous jure ! Non ? Ça ne suffit pas ? Bon, très bien, je vais les faire vos deux journées de stage !

J’ai donc réservé un vendredi et samedi afin de ne perdre qu’une journée de travail (car le travail, c’est la santé). On m’annonce ensuite le lieu de rendez-vous, un hôtel assez somptueux en plein cœur du centre-ville. Ce sera peut-être pas si mal.

LIRE AUSSI >>  Pablo Picasso

Il est 8h20 lorsque j’arrive dans l’hôtel. Je me présente au comptoir et sans même prononcer un mot, on devine que je viens pour le stage de sensibilisation. Ai-je vraiment une tête de hors-la-loi ?

Je m’avance donc dans ce long couloir pour arriver dans une grande pièce. Des tables étaient installées afin de former un U et au bout de la pièce se trouvait un bureau et un tableau blanc était accroché au mur. Un petit-déjeuner composé de chocolatines, de croissants, de jus d’orange et de café nous tendait les bras dès notre arrivée. “De la bouffe gratuite ? Ça commence bien tout ça !”

Je salue les autres personnes et ne peux m’empêcher de m’imaginer pour quelles raisons chacune d’elles se trouve ici. Certains arborent d’entrée une tête de “c’est pas la première fois que je suis là et certainement pas la dernière.” D’autres m’ont l’air d’être des gens tout à fait normaux.

Une chose m’a choqué cependant, je pensais que la moyenne d’âge serait aux alentours de 20 ans et que nous serions une multitude de jeunes conducteurs ayant déjà commis des fautes sur notre permis. Que nenni ! Vous aviez ici autant de jeunes que de vieux (par vieux j’entends toute personne ayant plus de 40 ans, pardonnez-moi pour ça, ô mes chers vieux lecteurs).

Il est maintenant 8h40 et nous allons pouvoir commencer. Afin pas encore, car deux personnes sont en retard (il y en a certains qui cherchent vraiment les ennuis…). Une fois ces retardataires présents, les deux moniteurs nous présentent le contenu de ce stage.

Antoine Delia participant à un stage de sensibilisation à la sécurité routière
Moi essayant de convaincre les autres membres que je n’ai pas vu le feu rouge

Première grosse surprise, aucune remarque négative ne nous sera faite. Pas de “vous conduisez mal”, ni de “il faut arrêter l’alcool”, et encore moins de “griller un feu rouge, mais quelle honte !” Me voilà des plus rassurés et je commence à me dire que je vais peut-être m’amuser pendant ces deux jours.

ERREUR ! Bien que je n’ai reçu aucun sermon, cela n’a pas pour autant rendu l’expérience plus intéressante. Au final, de petits exercices de groupe nous ont été proposés, et j’avais presque l’impression d’être revenu en cours de primaire. Aucun de ces ateliers ne m’aura appris quelque chose d’utile sur ma conduite, ou sur comment être un meilleur conducteur. Cependant, parmi les personnes présentes à ce stage, certaines m’ont glacé le sang, à tel point que je me demandais même ce que moi, honnête petit étudiant ayant fait une petite faute d’inattention, faisais avec eux. Et ce sont surement leurs témoignages qui m’auront peut-être le plus appris.

Laissez-moi vous raconter quelques bribes de paroles que j’ai entendues.

Moi j’ai été pris sur l’autoroute à plus de 200 km/h. Mais j’aime trop la vitesse, jamais je respecterai les limites, je le sais. D’ailleurs, ça m’insupporte les gens lents sur la file de gauche. Ils me gênent quand j’arrive à fond, ça me coupe dans mon élan.

J’étais à une soirée chez des potes et j’avais fumé du cannabis. Il fallait que je rentre chez moi ce soir-là, je devais prendre ma voiture. Du coup, je me suis dit que si j’étais chopé par les flics, j’allais prendre 6 points en moins. Dans ce cas là, autant se bourrer la gueule, ça fera toujours 6 points !

Je déteste la ceinture de sécurité, j’ai l’impression d’étouffer. À chaque fois que je conduis ou que je monte dans une voiture, je la mets jamais, je suis pas à l’aise avec.

Il n’y a pas un feu rouge que je grille pas. J’ai pas le temps d’attendre que ça passe au vert. Alors je fonce. Pour vous dire, j’ai même peur de passer au vert parce que je me dis que certains risquent de griller le rouge comme moi.

J’ai une forte addiction au cannabis et je fume tous les jours pour me détendre. Le matin et le soir, j’amène ma fille à l’école en voiture, et il m’arrive de le faire en étant sous l’emprise de la drogue.

Alors ? Avouez que la lecture de ces quelques passages ne vous a pas laissé indifférent. Et j’insiste bien sur le fait que ceci est bien réel et que je n’invente rien. Les gens qui tiennent ce genre de discours roulent toujours sur les routes et ils ne sont surement pas les seuls à agir de cette façon. Et si ce stage m’a bien appris une chose, c’est que vous aurez beau rouler comme un as en respectant toutes les règles de conduite, le danger est toujours présent. Il ne faut jamais baisser sa garde sous prétexte que nous n’enfreignons pas la loi. Il suffit que vous croisiez un de ces types pour que votre vie bascule. Ce ne sera pas de votre faute, vous aurez toujours vos 12 points sur votre permis, mais vous serez mort. Et ça, aucun stage ne vous permettra de l’annuler.

LIRE AUSSI >>  Charlie et la chocolaterie

Pour conclure, je vous invite donc à TOUJOURS être prudent lorsque vous prenez le volant, que ce soit dans votre conduite ou dans celle des autres. Et si vous ne vous sentez pas de prendre le volant pour x raisons, sautez dans le métro, prenez un vélo ou galoper pour rejoindre votre destination. La voiture n’est jamais une obligation. Quant à moi, j’ai de nouveau repris le volant et depuis ce stage, je n’ai plus fait une seule faute de conduite ! Au contraire, je conduis tellement bien que je me suis inscrit sur le site BlaBlaCar où je suis maintenant un Expert, comme peuvent en témoigner mes passagers.

Antoine Delia au volant d'une voiture
Je suis redevenu un pro du volant !

Une réaction au sujet de « Hors-la-loi (2/2) »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.