Venez comme vous êtes ! (2/3)

Venez comme vous êtes ! (2/3)

Il est temps de vous raconter la suite de mes péripéties à McDonald’s ! Si vous avez raté la première partie, je vous invite à la lire juste ici. Pour les autres, c’est parti !

Me voilà donc en train de lire scrupuleusement mon contrat de travail avant de le signer et de le remettre à la directrice de l’établissement. Je travaillerai donc 76 heures par mois (ce qui correspond à 18 heures par semaine) en soirée pendant la semaine et toute la journée les week-ends. Mes jours de repos étant le lundi et le mardi. Avant de pouvoir pleinement assurer mon rôle d’équipier polyvalent, je dois d’abord regarder diverses vidéos concernant la sécurité, l’hygiène et les conditions de travail dans l’enceinte de l’établissement. Je réponds ensuite à un questionnaire pour voir si j’ai compris la globalité du sujet et tout est en ordre. On me remet ensuite deux tenues spéciales à porter durant toute la durée de mon travail. Me voilà officiellement travailleur au McDonald’s ! Il est maintenant temps d’apprendre le métier. Pour cela, je serai accompagné d’une formatrice qui me montrera comment se passe une journée typique.

Avant de continuer il faut savoir que si vous travaillez ici, vous êtes formés soit en cuisine, soit en caisse. Il est possible de faire les deux mais seulement après plusieurs mois de travail et lorsque le premier domaine est bien maîtrisé. Pour ma part, je serai en caisse à prendre la commande des clients et les servir. Et c’est exactement ce que je voulais.

Antoine Delia au McDo
A moi le McDo !

Pour commencer on me montre la salle équipier avec les vestiaires. C’est ici que l’on peut se changer et prendre nos pauses. Y sont affichés les plannings de tous les employés pour les trois semaines à venir. Nous faisons ensuite un tour par la réserve où sont entreposés tous les produits dans des cartons. A côté se trouvent les frigos. L’un est à une température légèrement au-dessus de zéro degrés et l’autre est bien en dessous. C’est pourquoi nous les appelons respectivement le « positif » et le « négatif ». Sur le chemin nous voyons aussi l’espace plonge où l’on nettoie tous les ustensiles et les plateaux. Nous passons ensuite à côté des grills, c’est ici que les sandwichs sont préparés. Enfin nous arrivons au point le plus important : la pointeuse. A chaque fois que vous commencez à travailler il vous faut swiper votre carte et pointer afin de comptabiliser vos heures de travail. Il en va évidemment de même pour la fin où il faut dépointer. A la fin du mois, on compte le nombre de minutes qui ont été effectuées et on peut ainsi déterminer votre salaire. Ensuite, on me montre l’endroit pour prendre les commandes au Drive ainsi que la friteuse. Nous pouvons maintenant passer au plus intéressant.

Caisse mcdo
Les choses sérieuses commencent

Avant tout début de shift (période de travail), il est obligatoire de se munir d’un filet pour les cheveux (et d’une charlotte pour ceux travaillant en cuisine) et de bien se laver les mains. Une fois cela effectué, j’ai pu me diriger vers ma caisse afin d’apprendre les bases du métier. La formatrice m’explique qu’il n’y a rien de plus simple : écouter ce que le client veut et taper le produit approprié sur l’écran. Dis comme ça cela paraît simple si le client demande un menu big mac, frites et coca. Mais j’ai vite appris à devoir gérer des commandes beaucoup plus volumineuses et avec diverses promotions à appliquer. Mais je laisse ça à plus tard. Une fois que le client a fini sa commande, il est invité à régler en espèces, par carte bancaire, ou par ticket restaurant. Jusqu’ici rien de bien compliqué, il suffit juste de bien s’assurer que le montant est correct et de ne pas se tromper lorsque l’on rend la monnaie. Une fois que la commande est bien payée, c’est le moment de la monter. La formatrice m’explique qu’il y a un chemin bien précis à suivre, appelé « chemin d’assemblage ». En premier, on fait couler la boisson du client dans un gobelet. Le temps qu’il se remplisse, nous allons au grill récupérer son sandwich, puis par la friteuse afin de prendre les frites. On revient ensuite pour poser tout ça sur un plateau et on finit par récupérer la boisson. Il arrive que nous devions passer au FCN (Fish, Chicken, Nuggets) pour prendre des produits contenant du poulet ou du poisson. Facile n’est-ce pas ? Comme pour la prise de commande de tout à l’heure, c’est enfantin tant que la commande reste simple. Dans mon exemple, aucun Happy Meal à monter, rien à récupérer dans le frigo et aucune glace. On verra par la suite que certaines commandes peuvent être gigantesques et beaucoup plus compliqués qu’un simple menu best of.

 

Me voilà maintenant formé ! Je vous ai présenté ici les bases du métier de caissier chez McDonald’s. Mais vous verrez dans le prochain épisode que ce n’est pas aussi simple qu’on le croit. Et vous comprendrez aussi pourquoi on nous appelle équipier « polyvalent ».

Suite

Human after all

Human after all

Si vous me suivez depuis un moment, vous devez savoir que je suis étudiant dans une école d’ingénieurs en informatique. C’est un domaine que j’adore et qui me passionne depuis ma tendre enfance. L’un des aspects que j’aime le plus est le développement mobile. Avoir la capacité de créer une application du début à la fin et pouvoir la partager au monde entier en l’espace de quelques clics est tout simplement incroyable. Ce côté créatif m’attire énormément et j’ai déjà développé une petite application de mon côté. Je vais essayer de vous raconter à travers les lignes suivantes comment j’ai créé ma tout première application sur Android en essayant de simplifier les choses au maximum.

Android
Le logo d’Android

Avant toute chose, il est important de savoir que j’avais déjà réalisé un stage de 3 mois où je devais réaliser une application sur smartphone de A à Z. Cela m’a énormément appris et j’ai pu ainsi être plus à l’aise lors du développement de ma première application.

Le plus dur dans ce genre de cas est de trouver une bonne idée pour commencer le développement. Quelque chose de simple pour commencer, puis augmenter le nombre de fonctionnalités au fur et à mesure. Après tout je ne suis ni Facebook, ni Google. Je suis tout seul à travailler et je ne dispose pas de milliards de dollars pour embaucher des gens compétents. Il faut donc voir petit au début avant de finir au sommet, l’essentiel étant de se lancer. D’autant que je ne travaille pas là-dessus pour l’argent, mais pour mon plaisir personnel.

Picsou
Ma situation financière, circa 2050

L’idée m’est venue lors d’une soirée chez un ami. Nous étions tous en train de jouer à un jeu de cartes où lorsque l’un des joueurs perd, il doit boire un verre d’alcool. Mais comment jouer à un jeu comme ça si l’on oublie son paquet de cartes ? Et comment voir qui a le plus bu lors de la soirée ? Je me suis donc dit qu’il serait intéressant de créer une petite application permettant de palier à ces problèmes. J’ai donc entamé le développement de l’application « Jeux d’alcool ». On passera sur l’originalité du nom. J’ai d’abord commencé par ajouter le premier jeu de cartes. Ensuite, j’ai inclus un menu permettant d’ajouter des joueurs et qui laisserai la place à de futurs jeux. J’ai également mis en place un petit tutoriel la première fois que utilisateur ouvre l’application afin qu’il sache comment s’en servir. Aujourd’hui je compte trois jeux différents et je compte bien continuer à ajouter de nombreuses fonctionnalités. Si vous souhaitez la télécharger et l’essayer, vous n’avez qu’à cliquer ici. N’hésitez pas à me faire des retours sur ce que vous aimez et ce que vous aimez moins !

Aujourd’hui avec près de 5000 téléchargements, je peux être content de mon travail et j’apprécie d’autant plus de voir que les gens l’utilisent régulièrement. Bien que je continue de développer cette application, je suis en parallèle en train de travailler sur une deuxième idée complètement différente. Je vous en dirait plus lorsque j’aurais bien avancé !

En attendant, je vous rappelle que l’abus d’alcool est dangereux pour la santé, consommer avec modération ! 🍺

Un, deux, trois, soleil !

Un, deux, trois, soleil !

Quand on grandit, nos passe-temps deviennent différents. Fini les heures passées devant des dessins animés ou à jouer à cache-cache. Aujourd’hui dès que nous prenons un break, nous allons soit fumer, discuter autour de la machine à café ou encore faire une petite sieste pour supporter les heures de travail restantes. Mais il fut un temps où chaque pause était l’occasion de s’amuser en jouant à de multiples jeux pourtant simples mais qui ne cessaient de nous divertir. Parfois les choses les plus simples sont souvent les meilleures. Je vous propose de m’accompagner à bord du train de la nostalgie afin de redécouvrir tous ces jeux que nous aimions tant étant enfants.

Train
Destination : Nostalgie / Population : Adultes

Vous êtes sûrement tous déjà restés enfermés dans un placard lugubre et sombre en espérant gagner au jeu du cache-cache. Il faut dire que le principe est enfantin, et permet aussi aux adultes d’avoir la paix lorsqu’ils demandent aux enfant de se cacher et qu’ils vont les « retrouver ». On peut aussi noter le jeu du trappe-trappe qui arrivait à bien nous essouffler à courir dans tous les sens. Connaissez-vous Jacques ? Non ? Et pourtant dès qu’il dit quelque chose vous êtes obligés de l’écouter. Jacques à dit, laissez un commentaire sur cet article (alors ?).

Jacques Chirac
Il valide

Il existe aussi de très bons jeux à jouer avec les mains, le plus connu étant le pierre-feuille-ciseaux (ou shifumi si vous voulez vous la raconter en soirée). Mes deux préférés restent le 007 et le « miche-miche« . Commençons par le premier. Vous devez dire « zéro zéro sept » et lorsque vous dites le dernier mot, vous pouvez choisir parmi trois options : recharger une balle dans votre pistolet (en mettant vos mains sur votre tête), vous protéger (en mettant vos mains sur vos épaules) ou tirer (en mimant un pistolet en direction de l’adversaire). Le but étant bien sûr de tuer votre adversaire le premier.

Mr Bean
Bang bang, he shot me down

Pour le jeu du « miche-miche », vous devez coller vos poings l’un à l’autre et lever soit un de vos pouces, soit les deux, soit aucun. Tous les joueurs font également pareil et tout ceci simultanément. Lorsque c’est à vous de jouer, dites « miche-miche » suivi d’un nombre allant de 0 au nombre de pouces présents. Si ce nombre est le même que le nombre de pouces levés, bravo vous avez gagné ! Vous pouvez retirer une de vos mains et continuer à jouer jusqu’à ce qu’il ne reste qu’une personne.

 

Il y a également un autre jeu assez simple qui se joue avec les mains, mais je ne me souviens plus de son nom… Dans ce cas je pense que nous avons fini.

.

.

.

.

.

.

.