Archives de
Catégorie : Personnel

Tout ce qui se rapproche à ma vie

Ratatouille

Ratatouille

J’adore voyager. J’ai visité plus d’une dizaine de pays dans ma vie et je ne compte pas m’arrêter en si bon chemin. Après mon road-trip de l’an dernier, j’ai eu envie de partir à la conquête de mon pays préféré : la France. Ce voyage est prévu pour dans quelques années lorsque j’aurais le temps de parcourir l’hexagone. En attendant, laissez-moi vous raconter un week-end que j’ai passé à Paris il n’y a pas si longtemps.

Antoine Delia à Paris

La dernière fois que je me suis rendu dans la capitale, j’étais accompagné de ma famille. Nous étions partis pour aller dans le plus merveilleux des parcs d’attractions du monde, et tout ça pour dire bonjour à une souris. Autant vous dire que cela remonte à plusieurs années et je n’avais plus aucun souvenir de Paris. J’avais envie de tout voir, tout visiter et bien sûr prendre une multitude de photos pour graver à jamais mes premiers pas en tant qu’adulte dans la ville la plus romantique du monde. Mais ne traînons pas, je ne reste que trois jours alors il faut faire vite ! Montons à bord du funiculaire de Montmartre pour nous rendre au Sacré-Cœur où nous pourrons contempler une magnifique vue de Paris. J’étais cependant quelque peu déçu de ne pas voir un homme en roller faire des figures dans tous les sens, mais ce sera pour une prochaine fois.

Le Sacré-Cœur de Paris

Il est maintenant temps de prendre le métro afin de se rapprocher du centre. Alors que je marchais tranquillement le long des bistrots parisiens, j’aperçois, assis sur une chaise, un individu qui m’est familier. Je m’avança alors vers lui avant de me rendre compte que ce dernier était en train de piquer du nez. Je l’ai tout de suite reconnu. C’était le meunier. Vous savez, celui de la chanson pour les enfants. Je lui ai demandé s’il avait toujours son moulin et s’il était d’accord pour m’y conduire. Ni une ni deux, nous voilà parti place Pigalle. Il me raconta qu’il en avait eu marre de voir son moulin aller trop vite, aller trop fort. Il avait alors pensé à changer d’activité tout en gardant son précieux moulin. Deux coups de pinceau plus tard et voilà le résultat.

Le Moulin Rouge

Le métro me tendait maintenant les bras. Armé de mon ticket de la RATP, je m’apprêtais à descendre les escaliers quand une voiture de police se stoppa à côté de moi. Je n’ai pas eu le temps de comprendre ce qu’il m’arrivait qu’ils étaient déjà en train de m’embarquer direction le Louvre. Apparemment un crime avait été commis et ils avaient besoin de mes talents de détective. J’ai résolu cette affaire en quelques minutes et, pour me remercier, les policiers m’ont pris en photo devant ce magnifique musée.

Antoine Delia devant le Louvre

La nuit commençait déjà à tomber et je n’avais toujours pas vu la dame de fer. Il ne me restait plus beaucoup de temps et je ne voyais aucun moyen de la rejoindre à temps. Mais je me suis alors souvenu de cette célèbre phrase d’un grand philosophe du XXIème siècle : À la fin, il n’en restera qu’un ! Cela me remplit d’espoir. Au même moment, un scooter arriva près de moi. Il me pointa la Tour Eiffel d’une main puis me fit signe de monter à bord. C’était trop beau pour être vrai, un véritable ange gardien était venu à ma rescousse ! Il me déposa tout près et pour le remercier, je lui ai donné les croissants qu’il me restait de ce matin. Ce n’était pas grand-chose mais j’espère qu’il sera content.

La Tour Eiffel

Cette aventure touche maintenant à sa fin. Je monte à bord du train à très grande vitesse qui sera en très grand retard. Je repense alors à ce week-end. Aux ampoules sous mes pieds à force d’avoir marché. À l’odeur divine dans les métros. Aux conducteurs de voiture qui ont très bien respecté le code de la route. Et tout cela ne me donne qu’une envie : repartir au plus vite explorer une autre ville.

Back to school

Back to school

Je cherche les notes qui s’aiment – Wolfgang Amadeus Mozart

Alors que tout le monde a repris le travail il y a de ça trois semaines, ce n’est qu’aujourd’hui que les cours ont commencé pour moi. J’entre donc dans ma cinquième et dernière année dans mon école d’ingénieur et autant vous dire qu’il ne va pas falloir se reposer sur ses lauriers. Et quoi de mieux qu’une bonne sélection de musiques pour se motiver à travailler ! Vous l’avez compris, je vous ai concocté une petite playlist spéciale rentrée que j’écoute en boucle dès le matin pour bien commencer la journée.

Vous savez sans doute déjà que mon petit chouchou en terme d’électro est Porter Robinson, j’en ai parlé il y a quelques mois dans un article dédié à lui. J’adore pratiquement toutes ces musiques, mais il y en a une que j’écoute plus que les autres en ce moment. Il s’agit de Lionhearted, un titre qui s’oppose aux autres chansons de son album de par son côté pop.

Mon deuxième artiste du moment est Madeon, un jeune français qui s’est fait connaître par sa vidéo “Pop Culture” où il s’amuse à remixer 39 de ses chansons préférées pour un résultat des plus fantastiques avec plus de 40 millions de vues, rien que ça. Son album Adventure est d’autant plus incroyable que j’ai eu du mal à en choisir une seule. J’ai finalement opté pour The City, qui vous donnera la pêche dès la première écoute.

Passons à un autre artiste que j’adore beaucoup, Illenium. Son nom ne vous dit certainement pas grand-chose car ce n’est pas le genre à passer à la radio. Ce producteur américain a sorti tout récemment un nouvel album rempli de petits bijoux de l’électro. Je suis accro à Where’d U Go dont la montée vers le drop est saisissante à m’en donner des frissons.

On continue avec la sortie du nouvel EP de Kygo. Celui-ci comprend d’incroyables tubes en collaboration avec des artistes très connus comme Selena Gomez, Ellie Goulding ou encore U2. J’ai préféré choisir la chanson dont le nom est aussi celui de l’album : Stargazing. Encore une magnifique chanson de la part du norvégien qui ne cesse de me surprendre.

Je termine maintenant avec une petite merveille que j’attends depuis plusieurs semaines. La collaboration entre KSHMR et Hardwell vient tout juste de sortir. La chanson s’appelle Power et il s’agit là d’une des meilleures chansons électro de cette année.

Sur ce, je vous laisse écouter mes chansons du moment et je vous donne rendez-vous dans quelques semaines lorsque j’aurais d’autres petites pépites à vous présenter !

Alphabet

Alphabet

De la main droite, je résous une équation. Et de la main gauche, j’écris un nom. Puis je prends une chips, que je mange – Light Yagami

Netflix occupe aujourd’hui une part importante dans la création de films et de séries télévisées. Qui n’a jamais entendu parler d’House of Cards avec l’excellent Kevin Spacey, ou encore de Black Mirror (que je ne saurais trop vous conseiller). Et cette année, nous avons eu droit à l’adaptation cinématographique de Death Note, adapté du manga du même nom sorti en 2003. Je me rappelle l’avoir découvert au collège lorsque je feuilletais les différents livres disponibles au CDI. Je n’avais jamais lu un manga auparavant et j’ai décidé de lire le premier chapitre par curiosité. Aujourd’hui, Death Note reste pour moi ma série préférée et je profite de la sortie du film pour vous faire découvrir cette histoire hors du commun.

Antoine Delia avec un Death Note
Clairefontaine ? Oxford ?

Imaginez un jour comme les autres. Vous rentrez tranquillement chez vous quand vous apercevez un cahier tomber du ciel. Attiré par cette bizarrerie, vous décidez de le ramasser. Vous sentez dès le début que ce n’est pas n’importe quel cahier. En l’ouvrant, vous découvrez avec effroi un manuel d’utilisation avec comme première règle : “La personne dont le nom est écrit dans ce cahier meurt

Si vous tombiez sur un tel cahier, seriez-vous capable de l’utiliser ? C’est la question que se pose Light Yagami, l’antihéros de cette série. Si je dis antihéros c’est parce qu’il finit par s’en servir et il ne va pas y aller avec des pincettes. Son objectif est simple : éradiquer le mal sur Terre. Mais vous vous doutez que ce ne sera pas aussi facile. En effet, la mort de milliers de criminels alerte les autorités mondiales et un détective de renommée internationale prend en charge l’affaire. Personne ne connaît son nom ni son visage. Ce mystérieux personnage se fait appeler “L” et est bien décidé à arrêter Light. S’engage alors un véritable jeu du chat et de la souris où aucun des participants ne connaît la moindre information sur son adversaire. Qui triomphera le premier ?

Tome 1 de Death Note
La couverture du premier tome

Bien que l’idée de base soit assez simple, il existe d’autres règles concernant le cahier qui rendent l’avancée de l’histoire beaucoup plus complexe. Ainsi, chaque chapitre nous donne un peu plus envie de connaître la suite jusqu’au dénouement, qui m’a laissé sans voix. Si j’ai réussi à vous donner envie de découvrir un peu plus cette histoire, sachez qu’elle est composée de 12 volumes d’environ 200 pages chacun. Il existe aussi une excellente série animée qui est très fidèle à l’œuvre originale et qui inclut une bande originale des plus épiques.

En attendant, je vous souhaite à tous une très bonne rentrée ! Et ne vous trompez pas de cahier pour prendre vos cours, cela pourrait vous être fatal…