Chocolatine (3/3)

Chocolatine (3/3)

Précédent

Ralph regarda sa valise avec attention. Il était certain d’avoir oublié quelque chose, mais il n’arrivait pas à se souvenir de quoi il s’agissait. Il avait pris soin de faire une liste avec tout ce qu’il devait emporter avec lui et tout avait été coché, preuve qu’il n’avait rien laissé chez elle. Ralph avait plutôt la côte avec les filles. La dernière en question s’appelait Lisa. Ils s’étaient rencontrés par hasard sur le lieu de travail de Ralph. À l’époque, il s’occupait de nourrir les animaux du zoo de la ville. C’était une tâche très fatigante, mais cela ne le gênait pas le moins du monde. Il adorait les animaux, et par conséquent son travail. Il avait un chouchou parmi eux : un bébé pingouin qui avait toujours l’air heureux de le voir. Il était tout petit avec un ventre tout rond et très doux au toucher. Il l’avait donc appelé “Rondoudou”. Alors qu’il s’amusait avec ce petit oiseau d’hémisphère nord (Ralph avait appris tout ce qu’il pouvait sur eux), une jeune inconnue s’approcha de lui, intriguée par une telle amitié entre un homme et un pingouin. C’est comme ça que Ralph fut la connaissance de Lisa.

Contrairement à ses conquêtes précédentes, leur histoire dura très longtemps. Il faut dire que Ralph est assez exigeant. Tout doit être parfaitement parfait. Une véritable obsession qui l’éloigne d’une relation sérieuse avec n’importe qu’elle fille ne correspondant pas à ses critères. Mais Lisa était différente. Après des semaines avec elle, il ne trouvait rien à redire. C’était peut-être celle qu’il attendait depuis si longtemps. Ils décidèrent ainsi de s’installer ensemble. Ralph avait fait ses affaires pour emménager dans l’immense appartement de Lisa qui, encore une fois, était à son goût. Il ne pouvait rêver mieux et s’imaginait déjà passer le restant de ses jours à ses côtés. Mais cela ne dura pas longtemps. Quelques jours plus tard, Ralph fit une découverte qui le terrorisa. Il n’avait jamais pu s’en rendre compte auparavant, car il n’avait pas eu l’occasion de la voir à l’œuvre. Alors qu’ils venaient de finir un bon petit plat préparé par ses soins, Lisa décida de finir par un yaourt aux fruits. Pas n’importe lequel en l’occurrence il s’agissait d’un yaourt pâtissier “La Laitière” à la framboise façon charlotte. Elle enleva alors le couvercle et lécha le dessous pour ne pas gaspiller. Elle s’arrêta à mi-chemin quand elle découvrit le regard que Ralph lui donnait. Un mélange de dégoût et de peur pouvait se lire dans ses yeux. Il détestait cela. S’ensuit alors une dispute proportionnelle à la gravité de la situation, du moins, selon Ralph. Ce dernier décida alors de faire ses affaires et de partir, laissant Lisa seule avec son dessert.

Leur aventure aura finalement duré près de six mois ce qui en fit la relation la plus longue de Ralph. Il pensait vraiment qu’il avait un avenir avec elle. Tout le long du trajet séparant l’appartement de Lisa de la gare, il avait les larmes aux yeux. Peut-être ne trouverait-il jamais plus une fille comme elle. Pour le moment, il avait besoin d’air frais, d’une nouvelle vie. Il prit le premier train qui arriva en gare quelques minutes après lui. Il se fichait bien de la destination, tant que celle-ci se trouve au plus loin d’ici. Une fois arrivé, il décida de dormir à l’hôtel pour la nuit avant de chercher un appartement. Il acheta le journal du coin pour voir s’il n’y avait pas une offre d’emploi qui lui correspondrait. Alors qu’il feuilletait les pages du quotidien local, une goutte de pluie tomba en plein sur la section consacrée à l’horoscope. Il leva les yeux pour faire face à un énorme nuage gris annonçant l’orage. “Voilà ce que j’ai oublié, dit-il. Mon parapluie”.


Il ne restait que deux jours avant l’ouverture officielle de sa boulangerie. Ralph avait suivi les cours de l’ancienne propriétaire à la lettre. Il savait maintenant faire une multitude de pains, allant de la simple baguette traditionnelle à la flûte en passant par la fougasse (son préféré). Mais le plus important, c’est qu’il était désormais capable de réaliser lui-même sa propre chocolatine. Il avait passé des heures et des heures à refaire la recette avec une minutie qu’il ne se connaissait pas. Au bout du trente-et-unième essai, il avait enfin réussi à faire la plus belle chocolatine qu’il n’ait jamais vue. Il était très fier de lui et se dit que l’idée de reprendre cette boulangerie était peut-être la meilleure depuis qu’il était parti. Ralph s’arrêta un instant. Cela faisait près de trois mois qu’il était parti et pour la première fois il repensa à Lisa. Il savait que c’était bel et bien terminé avec elle, mais il repensa à la raison de son départ. Un yaourt est-il vraiment plus fort que l’amour ? Avait-il vraiment quitté cette fille pour une idiotie pareille ? Ralph savait très bien qu’il était comme ça, à toujours vouloir chercher la perle rare. Mais il se dit que la quête d’un amour parfait était peut-être tout simplement impossible. Après tout, il ne devait surement pas être irréprochable lui non plus. Il se jura alors de faire des efforts pour ne pas reproduire la même catastrophe qu’avec Lisa. Décidément, cette boulangerie lui était vraiment d’une grande aide.

LIRE AUSSI >>  I have a dream (2/8)

Comme chaque dimanche, le quartier était plutôt calme. Alors que la plupart des habitants étaient encore dans leur lit douillet, Ralph était déjà sur son lieu de travail. Il allait ouvrir demain et il voulait à tout prix faire la chocolatine la plus exceptionnelle et délicieuse que possible. Mais il ne la faisait pas pour lui. Il allait la réserver spécialement pour Émilie. Il savait qu’elle passerait demain à exactement huit heures et qu’elle commanderait une chocolatine, comme à son habitude. Il fallait à tout prix qu’elle adore sa viennoiserie pour qu’elle revienne encore et encore. Cela faisait presque une semaine qu’il ne l’avait pas vu et il était à la fois excité et anxieux de la revoir. Il devait réussir. Ralph était maintenant rempli de détermination et entama une nouvelle fournée de chocolatines. Après des heures et des heures à refaire les mêmes gestes, il arriva enfin à un résultat hors du commun. Il n’avait jamais vu une chocolatine aussi resplendissante. Et comment vous décrire son goût. On aurait dit un feu d’artifice à l’intérieur de votre bouche. Chaque bouchée était encore plus excellente que la précédente. Il avait atteint la perfection, la meilleure chocolatine de France, peut-être même du monde ! Il en était persuadé maintenant : Émilie reviendra tous les jours dans sa boulangerie après avoir goûté à cette merveille.

Ralph ne s’était pas rendu compte du temps qu’il avait passé à faire ces chocolatines. Il attrapa son téléphone qu’il avait posé sur le comptoir et le déverrouilla pour connaître l’heure. Il resta scotché sur son écran pendant quelques secondes. L’heure ne l’intéressait plus. Son portable indiquait qu’il avait manqué deux appels aujourd’hui. Ils venaient de la même personne. Lisa. Pourquoi avait-elle essayé de le contacter ? Ralph ne savait plus trop quoi faire. Il hésita à la rappeler, mais décida qu’il valait mieux l’ignorer pour le moment. Il ne voulait pas être déconcentré dans son travail. Pour l’instant, il n’avait qu’une chose en tête : Émilie.


Le grand jour que Ralph attendait tant était enfin arrivé. Il s’était levé très tôt afin d’être en avance sur la cuisson du pain et de se concentrer ainsi sur les chocolatines. Il lui a fallu quelques fournées pour atteindre la qualité d’hier, mais il avait finalement réussi. Il mit en vitrine les premières chocolatines destinées aux clients traditionnels et avait gardé la meilleure chocolatine juste derrière la vitrine, là où personne ne pouvait la voir. Il était impatient de voir arriver Émilie et du lui donner cette viennoiserie si goûtue. Mais elle n’était pas la seule à vouloir venir dans sa boulangerie. En effet, il était déjà six heures du matin et déjà trois clients attendaient que Ralph leur ouvre la porte. Et c’est ce qu’il fit. Dans l’ordre, une baguette pas trop cuite pour madame, un éclair au chocolat pour monsieur et enfin deux flûtes pour un vieil homme qui avait l’air ravi de voir que cette boulangerie n’avait pas fermé définitivement. Quelques minutes plus tard, l’ancienne propriétaire entra et salua chaleureusement Ralph. Elle avait passé presque toute sa vie à travailler ici et elle était très contente que Ralph reprenne le flambeau. Elle acheta un croissant, lui souhaita bonne chance pour sa première journée et s’en alla. Cette visite surprise motiva encore plus Ralph pour se donner au maximum et pour continuer de faire les meilleurs pains du quartier (même si pour l’instant ce n’était pas encore sa spécialité). Il regarda la grosse horloge près de l’entrée. Elle affichait six heures et quinze minutes. “Dans moins de deux heures, se dit-il. Dans moins de deux heures, elle passera cette porte”.

La matinée fut assez tranquille jusqu’à sept heures, où les clients commençaient à arriver par dizaine. Ralph n’avait même pas le temps de souffler qu’il devait déjà prendre la commande du prochain client. Il ne s’était pas rendu compte que cette boulangerie avait autant de succès jusqu’à aujourd’hui. Cette ribambelle de clients fit passer le temps très vite et, sans que Ralph ne s’en rende compte, il était déjà huit heures. “Bonjour Ralph !” Celui-ci reconnut immédiatement cette voix. Il regarda l’horloge et constata qu’Émilie était une fois de plus à l’heure, pas une minute de retard. “Dis donc, tu es allé vite ! Reprendre cette boulangerie et rouvrir une semaine seulement après sa fermeture, c’est un exploit. J’espère que ce sera bon, sinon je ne reviendrai plus !” dit-elle d’un ton amusé. Ralph savait au fond de lui que cette menace n’aboutirait pas puisqu’il avait passé tout son week-end à perfectionner ses produits. Il regarda en coin la viennoiserie qu’il avait spécialement gardée pour elle. Il attendait juste qu’elle passe commande pour lui donner la plus exquise des chocolatines qu’elle n’ait jamais goûtées.

LIRE AUSSI >>  Weak End

“Je vais prendre un pain au chocolat s’il te plaît.”

Ralph se figea. Il avait cru mal entendre. Venait-elle vraiment de dire “pain au chocolat” ? Celle qu’il avait vu toutes ces fois sortir de cette boulangerie disait-elle réellement “pain au chocolat” plutôt que “chocolatine” ? Cela lui semblait impossible et pourtant tout ceci était bien réel. Il se dirigea alors près de la vitrine où résidaient les viennoiseries qu’il avait préparées ce matin. Il attrapa alors une chocolatine parmi celles présentes, l’a glissa dans une petite poche à l’emblème de la boulangerie et la donna à Émilie. Celle-ci lui donna alors une pièce d’un euro et s’en alla en prononçant une dernière phrase à Ralph, mais ce dernier n’y avait pas prêté attention. Il se fichait bien qu’elle revienne ou pas désormais. Cette fille pour qui il avait tant espéré l’avait profondément déçu. Et dire qu’il avait racheté cette boulangerie pour elle.

“Bonjour Ralph.” Alors qu’il était perdu dans ses pensées et essayait encore de se remettre de la tragédie qu’il venait de subir, cette voix qui venait du comptoir ne le laissa pas indifférent. Il l’avait déjà entendu quelque part. Ce n’était pas Émilie ni l’ancienne propriétaire de la boulangerie, il en était certain. Mais alors à qui appartenait cette voix si mystérieuse. Il tourna la tête vers la cliente et il la reconnut aussitôt. Comment l’avait-elle retrouvé ?

“Lisa ? Qu’est-ce que tu viens faire ici ?
– Écoute, j’ai repensé à ce qui s’était passé et je me suis rendu compte que je tenais trop à toi pour te laisser partir. Je sais pourquoi tu as été contrarié et, même si je trouve que c’était disproportionné, je te promets que je ne le referais plus.”

Ralph resta bouche bée. Il ne s’attendait absolument pas à la voir débarquer ici. Et ce qu’elle venait de lui dire le laissa sans voix. C’était la première fille à lui laisser une seconde chance. Mais est-ce que c’était vraiment ce qu’il voulait ? Ralph n’en était pas encore sûr.

“C’est très gentil de me dire tout ça Lisa, mais je ne sais pas si je suis encore prêt pour revenir avec toi. Il me faudrait un peu de temps pour réfléchir. Et puis je viens de récupérer cette boulangerie et ce n’est pas de tout repos.
– Oui, je comprends tout à fait. Ça m’a étonné d’ailleurs quand j’ai appris que tu t’étais mis à faire du pain. Tant qu’à y être, est-ce que je pourrais avoir une chocolatine s’il te plaît ?”

Elle n’avait pas dit pain au chocolat. Lisa était pourtant une fille qui venait du nord de la France, mais elle avait toujours préféré le terme du sud ouest, allez savoir pourquoi. Ralph alla de nouveau près de la vitrine et attrapa une chocolatine, mais s’arrêta. Il regarda Lisa. Elle était aussi souriante que dans ses souvenirs. Ses taches de rousseur lui remontaient jusque sur son front, ce qui avait fait craquer Ralph la première fois qu’il l’avait vu. Il repensa au zoo. À leur première rencontre. Un flot de nostalgie l’envahit alors. Il reposa la chocolatine qu’il venait de saisir et prit à la place celle qui se trouvait derrière la vitrine. “Cadeau de la maison” dit-il à Lisa. Cette dernière le regardait avec intensité, comme au premier jour. “Merci Ralph. À bientôt.” Et elle s’en alla. Lorsqu’elle se trouva dehors, elle sortit la viennoiserie de la pochette et en croqua un bout. Elle se stoppa net. Plus aucun de ses membres ne bougeait. Elle connaissait les talents de Ralph, mais cette chocolatine dépassait tout ce qu’elle aurait pu imaginer. Elle voulut revenir à l’intérieur de la boulangerie pour lui dire à quel point elle adorait ce qu’il avait fait. Elle se retourna et tomba nez à nez avec Ralph qui était sorti la rejoindre. Ils se regardèrent droit dans les yeux, sans prononcer un seul mot. Ils étaient comme seuls au monde. Lui, elle, et une chocolatine.

2 réactions au sujet de « Chocolatine (3/3) »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.